Dans la rubrique "Le golf c'est l'affaire de tous" (mais peut-être n'avez-vous pas fait attention qu'il existe plusieurs rubriques dans ce blog), je voudrais aborder un sujet important , celui de l'ambiance dans un club de golf.

Notre sport est, reconnaissons-le, un peu particulier, puisque l'on peut jouer pendant 18 trous, c'est-à-dire environ 4 heures, avec des gens que, parfois,  l'on ne connait pas, en compétition ou en loisir, en se respectant, en respectant le parcours et les règles du golf qui sont loin d'être simples.

Et l'on demande bien entendu, aux jeunes d'en faire autant, alors que, à longueur de journée, ils voient des adultes enfreindre les lois: limitations de vitesse, feu rouge, stop, pour ne citer que quelques exemples ayant trait à la sécurité routière.

Récemment, j'ai eu à régler un cas de "désaccord" entre deux jeunes qui avaient participé à une compétition: l'un accusant l'autre d'avoir gribouillé sa carte, ce que l'autre contestait d'ailleurs; Il faut dire que ces deux jeunes avaient quelques difficultés à se supporter et on peut légitimement penser qu'ils étaient tous les deux capables de se faire "une crasse". Ce qui est important dans cette histoire, c'est d'abord le fait que les scores n'avaient pas été modifiés et étaient parfaitement lisibles; une erreur, je n'ai pas dit une tentative de tricherie, faite par l'accusateur sur un PAR 3 où il avait noté bogey au lieu du PAR; erreur qu'il a reconnue et qu'il a corrigée.

Les deux cartes ont été validées: point final! mais c'est là en fait que le problème a commencé; après avoir rendu sa carte, l'accusateur est allé voir ses parents et a réitéré ses accusations. Quel parent irait déjuger son enfant! Aucun peut-être; et comme les parents étaient accompagnés de quelques amis, la rumeur s'est vite répandue: untel est un tricheur. Du coup, quelque temps plus tard, ce jeune joueur ayant un doute sur la balle qu'il avait mise en jeu (mais qu'il a ensuite retrouvée avec son marqueur) se retrouve accusé par un joueur adulte au départ d'un autre trou, estimant que ce jeune joueur n'avait pu réaliser le PAR sur ce trou et qu'il devait donc être disqualifié; des preuves? aucune; il me semble que... et tenez-vous bien! s'appuyant sur ses impressions, l'adulte réclame des sanctions.

Il faut parfois peu de choses pour pourrir l'ambiance dans un golf.

Lorsqu'une carte est validée, c'est fini; on n'a pas le droit d'émettre des doutes sur sa validité car le joueur qui l'a signée met lui aussi en doute sa signature; cela n'empêche pas d'avoir de la mémoire et de se montrer plus vigilant la fois suivante.
Répandre une rumeur, lui apporter une écoute bienveillante, cela n'est pas tolérable. Lorsqu'un jeune, après avoir signé sa carte, va voir ses parents pour critiquer son partenaire de jeu, ces derniers doivent lui dire "STOP"; c'est fait et on ne revient pas dessus.

Je crois qu'aux Etats-Unis, lors d'une cérémonie de mariage, on dit: "Si quelqu'un a une bonne raison pour s'opposer à cette union, qu'il parle maintenant ou qu'il se taise à jamais".

Cela pourrait fort bien s'appliquer au golf en ce qui concerne les cartes rendues et cela éviterait bien des problèmes; sinon, bonjour l'ambiance!